Alphanosos

Je suis utilisateur

In vitro

Nos travaux, nos résultats

In vitro concerne tous les travaux réalisés en laboratoire dans des milieux de cultures de bactéries, de virus ou de champignons ou sur des réactions physiques ou chimiques ciblées.

Bactéries & Levures

En priorisant les bactéries pour lesquelles il y avait des besoins de santé insatisfaits (Eczéma atopique, acné, candidoses ...) ou une urgence sanitaire du fait notamment de résistance selon l’OMS, nous avons développé des composés ayant une action sur ces bactéries, sensibles ou résistantes aux antibiotiques conventionnels.

Résultats sur Cutibacterium acnes

 Le Cutibacterium acnes est une espèce présente à l’état naturel sur la peau. Elle se nourrit principalement des acides gras contenus dans le sébum sécrété par les glandes sébacées des follicules et peut se développer de façon excessive notamment à la puberté et est alors impliqué dans l’Acné. Sur la boite de pétri présentée, les points blancs sont des bactéries. Le cercle d’inhibition autour des actifs Alphanosos démontre leur activité.

Résultats sur Neisseria gonorrhea

 Neisseria gonorrheae est la cause de maladies sexuellement transmissibles la gonorrhée ou blennorragie et qui pose aujourd’hui des problèmes de résistance aux antibiotiques. La poudre blanche est constituée de bactéries. Les cercles marrons indiquent que la bactérie est détruite. Mxxx et Wxxx sont des extraits élaborés par Alphanosos et qui donc sont efficaces sur ces bactéries résistantes aux antibiotiques traditionnels.

Résultats sur Staphyloccus aureus

 Le staphylocoque doré peut se trouver sur des sujets sains, 20 à 30% des individus en sont porteur sur la peau. Il peut donner des pathologies graves chez des sujets fragilisés, et est impliqué également dans des pathologies cutanées comme l’eczéma atopique. Il est en tête des infections nosocomiales et pose des problèmes de résistance. Sur la boîte de culture jointe, les points blancs sont la bactérie. L’eau stérile est évidemment sans effet. Les Wxxx et Mxxx sont des combinaisons développées par Alphanosos qui vous le voyez ont un effet inhibiteur sur le Staphylocoque doré.

Nous avons bien plus de résultats que ceux présentés ici et notamment des résultats sur des levures comme Candida albicans

Résultats sur des souches multirésistantes aux antibiotiques.

Ici un exemple avec Neisseria gonorrhea et des souches multi-résistantes décrites par l’OMS (en bas du tableau).
Les codes en W et M sont des extraits élaborés par Alphanosos en ciblant ces bactéries. Comme vous le comprenez avec les cercles d’inhibition autour des produits, nos extraits luttent contre ces bactéries. 

WHO Y = Resistant to Tet, Cipro (fluoroquinolone), Azi (macrolide), Cefixime & Ceftriaxone (cephalosporine), Sensitive to Spectinomycin (aminocyclitol), intermediate to PenG
WHO Z = Resistant to PenG, Tet, Cipro, Azi, Cefixime & Ceftriaxone, Sensitive to Spectinomycin
WHO L = Resistant to PenG, Tet, Cipro, Azi, Cefixime & Ceftriaxone, Sensitive to Spectinomycin  & Cefixime, intermediate to Azi

Etude du développement de résistances

C’est l’utilisation des antibiotiques qui est promotrice du développement des résistances. Pour le tester in vitro, nous prenons des bactéries non résistantes que nous repiquons successivement au contact des produits pour observer l’évolution de leur sensibilité. La MIC est la dose minimale inhibitrice. Si elle augmente cela signifie que nous devons augmenter la dose pour le même effet.


Nous avons réalisé ce test avec des Staphylococcus aureus non résistants et en comparant un extrait Alphanosos. Au cours des repiquages la MIC du produit Alphanosos est stable ou diminue tandis qu’elle est multipliée par 4 ou 8 pour la vancomycine ou la ciprofloxacine, indiquant que la dose nécessaire pour être efficace augmente dans ces multiples.

Nous ne pouvons pas garantir qu’à terme les bactéries ne pourront pas élaborer des stratégies de résistance. Nous pouvons cependant, sur la base de ces résultats, poser l’hypothèse que la richesse moléculaire de nos mélanges complexifie le travail des bactéries et donc réduit ou retarde le risque de résistance.

Virus

Le mode d’action de nos extraits devait permettre d’être également efficace contre les virus. Cependant, nous ne l’avions pas démontré. Souhaitant apporter cette preuve mais aussi faire oeuvre utile nous avons démarré le développement d’un nouvel actif pouvant aider l’organisme à lutter contre le SARS-Cov-2 avec une CRO (Contract Research Organisation) Vibiosphen (31 Labège, France) fin novembre 2020.

Cette étude a été réalisée sur des cellules appelées Vero E6, une lignée couramment utilisée dans les tests concernant le SRAS-Cov 2. Les cellules sont mises en contact avec le virus pour amorcer l’infection pendant 4h. L’extrait Alphanosos est alors ajouté au milieu, quand le virus a déjà pénétré dans les premières cellules et commencé à se multiplier. Le tout est alors maintenu à 37°C pendant 72H.

 La mesure de la quantité de cellules survivantes se fait par dosage de l’ATP présent dans les cellules en utilisant une méthode de révélation par luminescence. L’ATP est la source d’énergie des cellules et est un marqueur des cellules vivantes.

Plusieurs séries de mesures ont été réalisées avec chaque fois 30 extraits aqueux de mélanges de 20 plantes comestibles issues d’une banque de 1000 plantes. Les premiers mélanges sont assemblés de façon aléatoire puis, à chaque itération, c’est l’IA qui les compose en fonction des résultats des expérimentations précédentes. Dès la 4ème itération, l’IA a élaboré un mélange qui permet le maximum de survie cellulaire possible, soit environ 60% compte tenu des cellules déjà tuées pendant les 4 premières heures d’infection avant que le traitement ne soit appliqué. Cela indique que la propagation du virus est inhibée à 100% une fois le traitement appliqué (dans la limite de la précision de la mesure). Ce mélange, le W17P47 a été sélectionné par l’IA parmi 1040 possibilités en ne nécessitant d’en évaluer que 115. La technologie Alphanosos a permis d’élaborer des extraits qui aident les cellules humanisées à lutter contre le SARS-CoV-2 (Covid 19) 

Cellules

Les cellules cancéreuses sont des cellules dont le fonctionnement est altéré et dont les cycles, notamment de multiplication, sont accélérés. Se sont donc des organismes moins robustes que des cellules saines. Les extraits Alphanosos, par leur mode d’action, peuvent déstabiliser ces cellules fragilisées. Notre technologie, va permettre de composer des extraits qui auront une action sélective sur les lignées cancéreuses et sans effet sur les cellules saines.
C’est ce que nous avons fait avec l’Ecole Polytechnique de Lausanne (Suisse). Les résultats ci-dessous montrent que les extraits n’ont pas d’action sur les cellules saines (Coloration inchangée). Par contre, les extraits permettent de tuer sélectivement les cellules cancéreuses dans les 2 cancers étudiés.